La Lorraine a sa miss Luxe

Sénégalaise installée depuis 10ans à Nancy, elle lance cette année ses deux premières lignes de parfums et produits cosmétiques. En consacrant une gamme aux peaux noires, métisses et asiatiques, elle joue la carte mondiale, naturelle et haut de gamme ni plus ni moins.

Avenue Montaigne numéro 42 pour son adresse à paris, celle qui figurera sur les flacons de parfum, Rose Angèle Faye n’a pas mégoté. Dans son créneau des cosmétiques, elle sait que l’image et la tradition du luxe en France est plus. Mais elle ne jure pas que par les  belles parisiennes. La Lorraine tient dans son parcourt et dans son discourt une place de choix.

Quand elle arrive en France en 2000 avec une bourse d’études du gouvernement sénégalais, elle a le choix entre la Suisse, la Sorbonne ou Nancy. Elle choisit la Lorraine pour y étudier les langues  étrangères appliquées. « J’ai grandi dans un village, yenguélé à 200km de Dakar. C’était loin de tout lorsque j’avais 7 ans, un de mes oncles de retour des Etats –Unis est passée nous voir avec des cadeaux sur un sac destinés aux enfants, un nom : Pierre Cardin, j’ai cru que mon oncle avait changé de nom ! »Sourit aujourd’hui celle qui se lance aujourd’hui sans crainte dans l’industrie du luxe.

C’est un stage de fin d’études chez Lorraine cosmétique, une des plus grandes du secteur dans la région, qui lui rappelle l’épisode de Pierre Cardin. l’idée de créer sa marque ne la lâche pas. Mais elle affinera son projet en poursuivant ses études à paris. Patiente, Rose-Angèle Faye, elle saura attendre le bon moment pour se lancer. Des petits jobs lui permettent d’épargner, de bonnes rencontres lui apportent un soutien financier. Juste avant cet été elle lance officiellement deux lignes. La première, Rosalux, est entièrement  fabriqué en Lorraine, à Lunéville. « C’est  une ligne de soins de soins destinée aux peaux noires, métisses et asiatiques, j’ai voulu jouer sur la double culture en y apportant des senteurs de karité et de bergamote. C’est un clin d’œil, après tout je me définis comme une Sénegalorraine… » Explique Rose-Angèle. Pour Rosalux, elle a souhaité aussi faire un produit 100%  Made in France, avec une traçabilité à toute épreuve. Une question d’image mais aussi de garantie de qualité «  la plupart des laits éclaircissant pour les peaux noires sont fabriqués à partir de produits artificiels et parfois dangereux. J’ai montré qu’on pouvait proposer du naturel dans ce créneau là. » Pour la seconde ligne du symbolique elle a baptisé son parfum Union Sacrée, une version homme, une version femme. C’est grasse, la capitale historique  des parfums qu’elle a choisi de faire élaborer cette fragrance aux notes orientales et fleuries. Rose, jasmin et patchouli, la recette finale lui a coûté un nombre incalculable d’aller retours entre la Lorraine et la Côte d’Azur.

Rose-Angèle Faye n’oublie pas ses racines, ni dans ses produits. Celle qui est désormais surnommée dans son pays « miss luxe », a participé à la construction d’une école dans son village. « Je suis partie du Sénégal avec une bourse de 297 € par mois. C’est l’éducation qui m’a permis aujourd’hui  de réaliser tous mes projets. L’éducation, c’est un luxe suprême» assure Rose –Angèle. Aujourd’hui elle essaie de rassembler des fonds pour construire un dispensaire. Ambitieuse, elle l’est assurément et ne s’en cache pas, son objectif entre cinq et dix ans est d’ouvrir plusieurs boutiques à son nom, son modèle ? Coco Chanel. Pourquoi viser en dessous.